Allahabad HC rejette la demande de Skoda-Volkswagen de rejeter la FIR déposée pour l'installation de dispositifs de triche

Allahabad HC rejette la demande de Skoda-Volkswagen de rejeter la FIR déposée pour l'installation de dispositifs de triche

Image pour la représentation (Source de l'image: Reuters)

Le plaignant venait de l'ordonnance de NGT selon laquelle un certain dispositif de triche avait été installé par l'entreprise pendant des tests en laboratoire pour montrer que les normes d'émission inférieures se sentaient trichées et a donc déposé le FIR.

La Haute Cour d'Allahabad a rejeté la requête en bref déposée par Skoda Auto Volkswagen India pour l'annulation d'une FIR enregistrée contre elle à Noida pour avoir installé des «dispositifs de triche» dans ses véhicules.

Dans une ordonnance, le juge B.Amit Sthalekar et le juge Shekhar Kumar Yadav ont déclaré: << Nous avons examiné les observations du savant avocat des parties et nous sommes d'avis que la question de savoir si un 'dispositif de triche' a été installé dans le les véhicules achetés par l'intimé n ° 3 et s'ils satisfont ou non aux normes BS-IV, est une question d'enquête et l'enquête ne peut être interférée par cette Cour en raison d'une interprétation erronée de l'ordonnance provisoire de la Cour suprême.

« La prière pour l'annulation de la FIR est refusée. La demande de bref manque de mérite et est par conséquent rejetée. »

Les pétitionnaires avaient demandé l'annulation de la FIR datée du 10 juillet 2020 enregistrée sous le numéro Case Crime no. 0613 de 2020 dans différentes sections de l'IPC au poste de police Noida secteur 20 avec une autre prière pour suspendre toute la procédure de l'affaire susmentionnée. L'intimé était l'État de l'Uttar Pradesh et deux autres.

Le tribunal a également déclaré: << Cependant, compte tenu des faits et des circonstances de l'affaire et des observations présentées au nom du requérant, il est ordonné que le requérant ne soit arrêté dans l'affaire susmentionnée qu'après la présentation d'un rapport de police en vertu de l'article 173 ( 2) Cr.PC, sous réserve qu'il coopère à l'enquête et comparaisse au fur et à mesure qu'il est appelé à participer à l'enquête. "

Un autre avocat du gouvernement, AN Mulla, s'opposant à la requête en bref, a soutenu que le National Green Tribunal (NGT) avait laissé le choix au Central Pollution Control Board (CPCB) d'engager des poursuites conformément au régime statutaire prescrit et, par conséquent, à l'ordonnance du Le fait que le tribunal n'ordonne aucune action coercitive se limiterait à toute action qui pourrait être envisagée par la CCPB qui était partie devant le Tribunal.

Il ne fonctionnerait pas comme un embargo général contre des particuliers ou des particuliers qui auraient déposé une FIR sur une allégation selon laquelle ils se sentaient trompés par les normes d'émissions défectueuses déclarées par l'entreprise qui, par la suite, aurait pu savoir que le cela ne répondait pas aux normes BS-IV, a-t-il ajouté.

Regardez aussi:

L'avocat principal Naveen Sinha, comparaissant pour le pétitionnaire, a soutenu que le NGT avait adopté une ordonnance le 7 mars 2019, imposant des dommages-intérêts et une augmentation du montant de l'indemnisation s'élevant à Rs 500 crore contre la société après avoir conclu qu'un «  dispositif de triche '' avait été installé. par elle lors d'essais en laboratoire dans ses véhicules qui ont montré des émissions plus faibles.

Il a également soutenu que le Tribunal avait également laissé à la CPCB la possibilité d'envisager d'engager des poursuites à la lumière du régime statutaire applicable, et au vu de cette protection provisoire accordée par la Cour suprême, la FIR qui est contestée dans le présent bref la pétition n’est rien d’autre qu’une poursuite malveillante et n’aurait pu être déposée du tout et elle est susceptible d’être annulée « .

Le plaignant a appris à la suite de l'ordonnance du NGT qu'un certain dispositif de triche avait été installé par l'entreprise pendant des tests en laboratoire pour montrer des normes d'émissions inférieures et, par conséquent, il s'est senti trompé et a donc déposé le FIR.

L'allégation dans la FIR est que le plaignant avait acheté sept voitures de marque Audi d'une valeur de plusieurs crores de roupies, des pétitionnaires par l'intermédiaire de leur concessionnaire agréé et il était assuré que les normes d'émission en Inde n'étaient pas aussi strictes que dans d'autres pays et l'Inde étant une marché des véhicules de marque Audi, la société n'a installé aucun dispositif de triche dans ses véhicules destinés à être vendus en Inde.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *