CBI devrait sonder la conduite de l'équipe AIIMS, déclare l'avocat de la famille de Sushant Singh Rajput Vikas Singh

CBI devrait sonder la conduite de l'équipe AIIMS, déclare l'avocat de la famille de Sushant Singh Rajput Vikas Singh

Selon l'avocat principal Vikas Singh, l'équipe médico-légale de l'AIIMS qui a exclu le meurtre de la mort de Sushant Singh Rajput est discutable et devrait faire l'objet d'une enquête de la CBI.

Quelques heures après avoir écrit au directeur du Bureau central d'enquête (CBI) pour remettre en question le rapport de l'AIIMS dans l'affaire de la mort de Sushant Singh Rajput, l'avocat principal Vikas Singh a tenu une conférence de presse mercredi pour demander au Bureau central d'enquête d'examiner la conduite du Dr Sudhir Gupta, qui a dirigé le panel AIIMS qui a réexaminé la mort de l'acteur.

S'adressant aux médias, Singh a déclaré: « Le CBI devrait se pencher sur la conduite de l'équipe AIIMS, ils devraient examiner qui ces médecins ont rencontré et examiner les déclarations qu'ils ont faites dans les médias. »

« Si c'est un suicide ou pas, ce n'est pas une question à laquelle les médecins ne doivent pas répondre, c'est aux enquêteurs de le dire », a ajouté Singh, tout en soulevant des questions sur l'avis de l'AIIMS.

Il a ajouté que dans le rapport soumis par l'équipe au CBI, il n'y avait aucune discussion sur les fractures et les blessures, les viscères étaient si secs qu'il aurait été difficile d'en faire ressortir quoi que ce soit.

« La conduite de l'AIIMS est discutable, leurs médecins viennent sur les chaînes de télévision pour partager leur opinion lorsque le rapport n'est pas partagé dans le public », a-t-il déclaré tout en ajoutant que de telles déclarations de l'équipe de médecins sont contraires aux directives éthiques du Conseil médical indien.

« Leur travail consistait uniquement à donner des avis médico-légaux. Ils n'auraient pas dû faire de déclarations à la presse. La CBI devrait également se pencher sur leur conduite », a déclaré Singh.

Singh a ajouté que le Dr Gupta partageait un bon rapport avec lui et quand il lui avait envoyé les photos, il avait dit que c'était à 200% un cas d'étranglement et non de suicide. Il n'aurait pas dû faire des déclarations aussi vagues. L'AIIMS n'avait pas le corps de Sushant. Ils n'avaient qu'à donner un avis.

Plus tôt dans la journée, l'équipe juridique représentant la famille du défunt acteur a écrit au directeur de la CBI, Rishi Kumar Shukla, affirmant que l'examen médico-légal mené par le conseil de l'AIIMS était défectueux.

Dans une lettre adressée au directeur de CBI, l'équipe juridique représentée par Varun Singh a déclaré: « J'ai lu dans les médias le rapport soumis par l'AIIMS à CBI concernant l'opinion exprimée par CBI sur la mort de Sushant Singh Rajput le 14 juin 2020. J'ai également vu des médecins qui faisaient partie de l'équipe AIIMS venir à la télévision et faire des déclarations concernant l'examen médico-légal effectué par l'équipe. « 

La lettre indiquait en outre que: « Malgré plusieurs efforts pour obtenir une copie du rapport, le Dr Sudhir Gupta n'a pas répondu et j'écris en conséquence cette lettre en partant du principe que le reportage concernant l'opinion de l'AIIMS est correct. .

« Le rapport divulgué, s'il est correct, revient à tirer une conclusion partiale et vantardise d'une preuve insuffisante », a déclaré l'équipe juridique.

L'équipe juridique, tout en soulevant des questions sur ledit rapport, a déclaré que l'AIIMS ne faisait pas de rapport d'autopsie, mais devait seulement exprimer son opinion sur le rapport d'autopsie réalisé par l'hôpital Cooper car l'AIIMS n'avait pas le privilège d'examiner le corps de Sushant Singh Rajput et formant ainsi une opinion de première main sur la cause du décès.

Dans son rapport, le panel de l'AIIMS a remis en question l'absence du moment du décès dans le rapport d'autopsie et a pointé du doigt la salle de post mortem faiblement éclairée de l'hôpital Cooper, selon des sources.

La source a exclu l'angle d'empoisonnement dans la mort de l'acteur décédé. La source a déclaré que dans le rapport concluant soumis à l'agence, les médecins ont souligné la faible luminosité de la salle de post mortem de l'hôpital Cooper.

L'autopsie de Sushant a été réalisée par trois médecins de l'hôpital Cooper dans la nuit du 14 juin.

Une équipe du département médico-légal de l'AIIMS a été encordée par le CBI pour donner un avis médico-légal sur la mort de Sushant.

Le suspect a été retrouvé mort à son appartement le 14 juin.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *