Cette Semaine dans l’Histoire: 1969: La Loi sur les Langues Officielles vient en effet à travers le pays

This Week in History: 1969: Official Languages Act comes into effect across the country

L’Ancien Premier Ministre Pierre Trudeau.

– / AFP/Getty Images

Le bilinguisme a été inscrit dans le gouvernement fédéral et le français et l’anglais sont devenus les deux langues officielles du pays

Alan Hoare était un fervent partisan du bilinguisme, il est allé à Tours, en France, pour prendre un cours de langue à l’Université de Poitiers.

Lors de B. C. Hydro, chef de la sécurité est arrivé à l’université, il a découvert quelque chose d’inattendu: il y avait 30 les autres Canadiens de l’Ouest aussi l’apprentissage du français de la cause du bilinguisme. Hoare dit de Vancouver, journal qui avait obligatoires “français-cours d’anglais existé dans nos écoles Canadiennes au cours des 20 dernières années, le présent, la discorde en vue de l’Est et de l’Ouest n’existerait pas, avec un Canada uni le résultat final!!”

Même si c’est difficile à croire aujourd’hui, la langue a été l’objet de controverses à travers le pays à l’été 1969.

Dimanche, Sept. 7, 60 jours après avoir reçu la sanction royale, la Loi sur les Langues Officielles est devenu la loi à travers le pays. Il fait de l’anglais et du français les deux langues officielles du pays. Là où le nombre le justifie, les institutions fédérales ont dû rendre les services disponibles dans les deux fondateurs et les langues Européennes.

“Ce projet de loi est de la plus grande importance dans la promotion de l’unité nationale,” le Premier Ministre Pierre Trudeau a été cité comme disant dans Le Vancouver Sun.

L’Opposition au bilinguisme a été considérable. À la Chambre des Communes, l’ancien Premier Ministre John Diefenbaker a mené une dissidente du groupe de Députés Conservateurs qui ont voté contre la deuxième lecture de la loi.

Diefenbaker a le plus bouleversé par la proposition de créer un Commissaire aux Langues Officielles qui aurait le pouvoir d’enquêter sur les plaintes.

Il croyait que le commissaire serait sous l’influence de la scène politique fédérale Gérard Pelletier, qui était “connu pour être l’ennemi juré de rien dans un pays qui est dans la tradition Britannique. Officiel, il va devenir le grand inquisiteur du royaume.”

Pour défendre le bilinguisme et la Loi sur les Langues Officielles, Trudeau a écrit une tribune publiée dans les journaux à travers le pays.

Il a commencé avec ce qui était peut-être le plus provocateur citation attribuée aux Canadiens de langue anglaise, qui est apparu à plusieurs reprises dans les médias au cours du bilinguisme débat: “Pourquoi sont-ils forcer français dans la gorge?’”

Trudeau a dit la question est basé sur une incompréhension de ce que le bilinguisme signifie.

“En fait, tout le monde au Canada ne sera pas nécessaire de parler français, pas plus que tout le monde sera nécessaire de parler anglais.”

Il a poursuivi en disant que la plupart des gens qui font affaire avec le gouvernement fédéral ne parlent qu’une seule langue.

“C’est parce que tout le monde dans le pays n’est pas prévu de parler les deux langues, et ne le sera jamais, que le gouvernement fédéral doit être en mesure de parler aux Canadiens en français et en anglais partout où il y a assez de francophones ou anglophones pour le justifient.”

Trudeau croit le bilinguisme est de plus en plus acceptée chez les jeunes.

“Cependant urgent, il peut être d’introduire une telle politique, et je crois que la survie même de notre pays en dépend, il ne faut pas s’attendre à profiter pleinement des avantages pour la nuit.

“Qui va nécessiter des changements fondamentaux dans les attitudes et les institutions, qui peut prendre des années, voire des générations.”

Un 2019 étude du Conference Board du Canada, le bilinguisme anglais-français des Canadiens à l’extérieur du Québec contribuent $134.8 milliards de dollars au PIB du pays. Partout au Canada, les locuteurs bilingues représentent un cinquième de la main-d’œuvre.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *