De TransLink électrique à batterie bus d’accès à la route dans le Metro Vancouver

TransLink's battery-electric buses hit the road in Metro Vancouver

TransLink nouveau de 10 millions de dollars du projet, quatre piles de bus électriques en cours d’exécution sur la Route 100 entre Vancouver et New Westminster.

Francis géorgien / PNG

Un projet pilote impliquant quatre bus électriques et deux stations de recharge sera de regarder les performances des bus, de l’entretien et de l’expérience client.

Les usagers qui prennent le bus le long de la Route 100 entre Vancouver et New Westminster, sont sur le point d’obtenir un peu plus de calme, plus lisse et plus propre trajet.

Mercredi, TransLink mettre sa première batterie-bus électriques sur la route, le coup d’envoi à 30 mois du projet pilote pour tester la technologie dans le grand Vancouver. Le projet se penche sur les performances des bus, de l’entretien et de l’expérience client.

“Aujourd’hui est vraiment le début d’une ère nouvelle, une ère où l’énergie propre n’est pas seulement une option, mais c’est un défaut de carburant de choix,” a déclaré TransLink chef de la direction Kevin Desmond.

Les deux-et-un-moitié-année, 10 millions de dollars du projet, quatre piles de bus électriques en cours d’exécution sur la Route 100, alimenté par deux stations de recharge à Marpole et 22 stations de la Rue. Il faut environ cinq minutes pour charger un bus à chaque extrémité de 18 kilomètres, la route, la charge de la batterie est bonne pour environ 100 kilomètres.

Le Nouveau Flyer et Nova bus ont été achetés à l’aide de l’essence du gouvernement fédéral-la taxe de l’argent, et le reste du financement pour le projet est venu de Ressources Naturelles Canada, B. C. Hydro et la Ville de Vancouver.

Deux bus d’accès à la route, mercredi, et il est prévu que les deux autres seront mis en service dans les prochains jours, après la finale de test et de formation.

Josipa Petrunic, chef de la direction de l’association Canadienne du transport Urbain de la Recherche et de l’Innovation Consortium, qui est un partenaire dans le projet pilote, a déclaré la batterie-bus électriques coût, en moyenne, 1 million de dollars à 1,1 million de dollars, alors que le diesel, les autobus sont de 500 000 $à 600 000$. Petrunic dit sur la base des informations disponibles, les bus électriques à payer pour eux-mêmes dans les quatre ou cinq ans.

Chaque bus va supprimer près de 100 tonnes de gaz à effet de serre et économiser de 40 000 $en coûts de carburant par an par rapport à un bus diesel.

Bien qu’il n’existe pas de données précises sur la façon de bus électrique les coûts d’entretien les comparer à ceux des bus diesel, Petrunic dit qu’il est à prévoir qu’ils seront plus simples et moins coûteux à maintenir.

L’automne dernier, de TransLink Maires Conseil et le conseil d’administration a approuvé l’organisme de transport à faible émission de carbone de la flotte de la stratégie, qui appelle à l’agence afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80% et l’utilisation de 100% d’énergie renouvelable dans toutes les opérations d’ici à 2050.

“Ce n’est pas juste combat de garder les choses en mouvement. Nous devons nous assurer que nous le faisons de manière durable,” a déclaré le Maire de Vancouver Kennedy Stewart. “Cette batterie bus électrique pilote est un moyen primordial que nous sommes gong pour atteindre nos objectifs.”

La moitié de TransLink 1500-flotte de bus utilise des technologies plus propres, y compris électriques, trolleybus, le gaz naturel comprimé bus et autobus hybrides diesel-électriques.

TransLink a également ordonné six plus de batterie-bus électriques, qui viendra plus tard l’année prochaine et être ajouté à la Route 100. L’objectif est de rendre cette route entièrement électrique.

TransLink n’est pas le seul organisme de transport en commun à la recherche pour réduire les émissions.

B. C. Transit, qui gère de 1 100 bus à travers la province, mais pas dans le Metro Vancouver a lancé son faible intensité de carbone de la flotte de programme en juillet, qui appelle à un changement de moteur diesel de véhicules zéro-émission. La régie de transport en commun est prévu le déploiement du programme au cours de la prochaine décennie.

twitter.com/jensaltman

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *