Les Canucks de portable: Quinn Hughes appelle Black Lives Matter des manifestations « important »

Les Canucks’ les joueurs sont lentement de retour à Vancouver et une poignée patiné au Rogers Arena, mardi.

Parler de politique n’est pas quelque chose que beaucoup d’athlètes à s’engager dans, il sentait notable mardi lorsque Quinn Hughes n’hésite pas à partir d’une question sur l’état des affaires dans son pays.

Les Canucks de Vancouver  » super recrue a été de retour au Canada pour deux jours et qui est vivant, comme la plupart de ses camarades de l’extérieur de la ville, à la J. W. Marriott Parq de Vancouver, à la suite de l’auto-isolement des lignes directrices énoncées pour les joueurs arrivant de l’étranger.

(Hughes et une poignée de copains ont toujours le droit de skate au Rogers Arena, mardi, tout en respectant la distance sociale des règles.)

Il est tenu à lui-même depuis la saison de la LNH est allé sur la pause du 12 Mars. Il vit une grande partie de la dernière de trois mois et demi avec sa famille dans la banlieue de Canton, Mich., entre Ann Arbor, maison de l’Université du Michigan, et Detroit.

D’être à la maison signifiait la nouvelle a été au centre de nombreux jours.

CNN a été à la TÉLÉVISION beaucoup de temps, dit-il à un de la collection de reporters sur une équipe organisée de Zoom de l’appel vidéo. Il a vu beaucoup de rapports sur le Noir de la Vie de la Matière manifestations, ainsi que la COVID-19 pandémie. Pour rester en bonne santé et pour éviter l’infection, la famille est restée à la maison la plupart du temps.

“Il est honteux que les policiers ont, dans le Minnesota,” dit-il de la mort de George Floyd. “Je pense qu’il était important que les gens n’ont que (a protesté) et exprimé leurs sentiments.”

Quelques Canucks de joueurs, y compris Quinn Hughes (au centre), avec Elias Pettersson et Bo Horvat au cours de décembre, la pratique, sont arrivés à Vancouver et à patiner.

Jason Payne /

PNG

Pour garder la forme et fort mentalement

La vie avec ses jeunes frères Jack et Luc signifie que Hughes a été en mesure de faire beaucoup de roller, dit-il, ainsi que d’autres sports. Il y a de la norme de la famille cerceau de basket-ball, une table de ping-pong, une piscine.

“Nous aimerions jouer au basket pendant deux ou trois heures par jour et puis il fallait,” dit-il. “Nous avons fait beaucoup de natation. C’était assez turbulent à la maison et nous avons eu beaucoup de plaisir.”

Comme juin roulé autour, lui et ses frères étaient également en mesure d’obtenir de patinage patinoire locale.

Maintenant qu’il est de retour à Vancouver, il va falloir trouver une nouvelle routine. Il n’est pas vivant dans son Yaletown condo; qu’il reste dans le très chic hôtel de fouilles et sera à la suite de la mandat physique de l’éloignement des protocoles, tout en étant régulièrement testé pour COVID-19.

Le temps, dit-il, lui a donné de nombreuses occasions de réfléchir sur ce qu’il avait appris par le biais de la première saison complète de sa LNH carrière. Plus que tout, il savait qu’il avait besoin de devenir plus fort.

“Je me sens vraiment fort aujourd’hui. Je pense que je peux faire de mieux dans les séries éliminatoires, maintenant que je l’aurais trois mois et demi,” at-il dit du temps il a mis dans sa famille dans leur maison, salle de sport, couplé avec le simple fait d’être en mesure de bien se reposer.

Il a admis que, étant la plupart du temps enfermé dans l’hôtel pendant des jours et bientôt semaines sur la fin sera un défi, mais il n’y a pas grand-chose, il peut faire à ce sujet.

“Je pense que peut-être par Jour de 20, il pourrait se sentir vraiment comme un long voyage sur la route, mais à la fin de la journée c’est ce que c’est,” dit-il. “Je veux juste jouer au hockey et de finir la saison. C’est ce qu’il va ressembler et que les choses ne vont pas être parfait … Juste envelopper ma tête autour de cela.”

L’AJLNH et de la LNH besoin pour faire face à des échéances

Dans une année normale, la fête du Canada est le jour de la LNH de l’agence libre marché ouvre officiellement. Mais avec le jeu encore sur pause et la 2019-20 saison pas de finition jusqu’à ce que le courant de l’automne, cette année, il est juste comme n’importe quel autre jour d’été pour le hockey.

Comme dans, pas beaucoup de changements.

Pas beaucoup en public, de toute façon.

Les contrats normalement expirer le 30 juin. Les Canucks ont un tas de joueurs qui, normalement, serait en fin de contrat cette semaine. Il y a normalement des primes à payer sur juillet 1, comme à Loui Eriksson. Pas d’échange ou de non-déplacer les clauses d’un coup, ou devenir modifiés, ou disparaître.

Dans tous ces cas, des modifications vont être apportées. Les joueurs ne seront pas payés supplémentaires, étant donné qu’ils ont déjà reçu leur dernier chèque de paie pour la saison, bien que ceux encaissés, compte tenu de l’entiercement va récupérer beaucoup à partir des salaires des joueurs.

Les Canucks n’ont pas de problèmes de trésorerie, mais il y a des équipes qui va sûrement que la réalité de vide arènes continue.

L’exercice de l’armageddon?

Sur cette note, TSN Frank Seravalli a mis numéros sur une feuille de papier sur juste comment dur les prochaines années vont être pour la LNH, même si la vie retourne à proximité de la vieille normal dans un an ou deux.

Le plafond salarial est liée à de hockey de revenus, avec l’engagement d’être utilisé pour récupérer un pourcentage de chaque salaire des joueurs afin de garder la ligue propriétaire de détenir 50% de l’ensemble des revenus.

Mais dans un monde qui a perdu des revenus, tout d’un soudain les formules regard brisé. Sans modifications, les joueurs pourraient se trouver essentiellement à rembourser la totalité de leurs salaires.

twitter.com/risingaction

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *