Les municipalités tour de la chaleur à travers la province à huis clos, les négociations avec les Premières Nations

Municipalities turn up heat over province's closed-door dealings with First Nations

Le Premier ministre John Horgan est à venir sous pression pour changer la province de l’approche pour l’élaboration des terres des Premières Nations-les accords d’utilisation.

Darryl Dyck/La Presse Canadienne fichiers

De l’utilisation des terres de processus conçus par la province et les Premières Nations devraient être appliquées à l’ensemble B. C. dans les années à venir

Les gouvernements locaux ne mettez de la pression sur la province à la fin de leurs transactions secrètes avec les Premières Nations lors de l’Union de la B. C. Municipalités de la rencontre de ce mois.

Ce que éclaté brièvement comme une petite escarmouche sur dock-des propriétaires de droits de Pender Harbour a explosé de façon spectaculaire pour le Premier ministre John Horgan du gouvernement au printemps dernier lors d’un vaste plan d’utilisation des terres pour conserver le caribou était née sur les résidents du nord-est de B. C.

Les gens dans les deux localités étaient furieux qu’ils avaient été coupées du processus et, dans le cas du plan de rétablissement du caribou, le West Moberly et Saulteux des Premières Nations avait été donné gag d’ordres de la province qui les empêchait de communiquer le plan de leur prochain communautés.

Donc, de nombreuses municipalités ont soumis des résolutions exigeant la consultation dans les futurs accords entre les Premières Nations et la province de l’UMCB exécutif a fait de la question de sa priorité pour l’année à venir, a indiqué le vice-président Brian Frenkel, un Vanderhoof conseiller.

“Il y a cinq résolutions similaires — nous les avons vus à partir de la Northern Rockies, la Sunshine Coast, Vernon et le Fort Saint-Jean. De sorte que voûtée de cette dernière au sommet de notre ordre du jour,” dit-il.

De l’utilisation des terres de processus conçus par la province et les Premières Nations devraient être appliquées à l’ensemble B. C. dans les années à venir, mais le système relègue les municipalités et les districts régionaux de “parties prenantes” statut, selon l’UMCB du rapport annuel.

“La Charte Communautaire reconnaît les gouvernements locaux, comme un ordre de gouvernement, et que nous devrions travailler ensemble sur des domaines d’intérêt mutuel”, a déclaré Frenkel. “Nous ne sommes pas juste une case à cochée par la province.”

Plus de 300 quai privé des propriétaires de Pender Harbour ont été choqués quand un nouveau quai de gestion du plan ourdi par la province et la shíshálh (Sechelt) la Première Nation a été annoncé l’année dernière. Plusieurs dizaines de quais seront démolies en vertu des nouvelles règles.

Le plan fait partie d’un ensemble de Premières Nations des accords de réconciliation qui donnent le shíshálh un rôle dans la gestion de la forêt, de partage des revenus et le titre de plusieurs parcelles de terres de la Couronne.

Le quai de planifier efficacement mis à l’écart le District Régional de Sunshine Coast du Plan Communautaire Officiel, dont les gouvernements locaux et les groupes communautaires ont été d’artisanat pour ans, a déclaré le directeur de district Leonard Lee.

Municipalities turn up heat over province's closed-door dealings with First Nations

SCRD directeur Leonard Lee (à gauche) et Rick Escroc un nouveau quai plan de gestion a été achevée en secret.

Randy Rive /

PNG

Dans le nord-est, à une réunion organisée avec les gouvernements locaux par le Ministre provincial des Forêts Doug Donaldson pour expliquer le sort des montagnes du sud du caribou et de l’fédérale sur les Espèces en péril semblait de bon augure pour un processus transparent, a déclaré Dawson Creek Maire Dale Bumstead.

Mais ce n’est pas comment ça s’est passé.

“Nous avons été laissés sur la touche après que, pour un long, long moment”, a déclaré Bumstead. “C’est frustrant pour nous, car nous avons entendu des rumeurs que les choses évoluent sur un accord de partenariat avec les Premières Nations, mais nous avons été exclus.”

La publication de l’ébauche de plan provoqué un tel tollé que Horgan a recruté l’ancien DÉPUTÉ Blair Lekstrom comme un envoyé spécial pour essayer d’arranger les choses.

“C’était vraiment une grande mademoiselle pour eux en termes de ne pas amener les communautés locales et les résidents dans ce processus”, a déclaré Bumstead. “Nous avons un accord sur les relations avec les Saulteux de la Première Nation et construire des communautés ensemble. Il est construit sur une base de confiance.”

Quand il a été révélé que les Saulteux et de West Moberly, les Premières Nations ont eu à signer des accords de non-divulgation, il était clair que le gouvernement provincial ne partage pas cette confiance avec les communautés du nord, at-il dit.

Un précipité ronde de consultations publiques ont peu fait pour apaiser les habitants, qui craignent que l’accord permettra d’interférer avec le développement des ressources et l’accès récréatif à l’arrière-pays.

Le ministère des relations avec les Autochtones et de la réconciliation note que la province et l’UMCB renouvelé un mémorandum de compréhension de l’année dernière qui fournit un cadre pour le gouvernement local de l’engagement des Premières Nations unies sur les traités et non-traités.

“Dans tous les cas, il est important que les gouvernements locaux ont une bonne compréhension des objectifs et des intentions, et des préoccupations ont été identifiés et atténués,” a déclaré le ministère en réponse à Postmedia questions. “Que signifie être transparent et de s’engager de manière proactive avec les personnes touchées.”

Le ministère a déclaré qu’il construit un plan d’engagement des intervenants appropriés à chaque négociation, qui comprend les gouvernements locaux.

Cependant, Lekstrom a estimé que le gouvernement manque dans ce domaine et a recommandé que “l’engagement doit être fait d’une manière qui est inclusif, transparent et laisser le temps pour obtenir le soutien du public.”

Mais cela ne va pas être assez bon pour lésée municipalités.

L’UMCB Résolution Spéciale 1 cherche une refonte en profondeur de l’approche du gouvernement provincial face aux Premières Nations de la réconciliation et de gouvernement-à-gouvernement des négociations qui, selon lui, de violer les “principes énoncés dans la Charte Communautaire.”

Municipalities turn up heat over province's closed-door dealings with First Nations

Union of B. C. Indian Chiefs président du Grand Chef Stewart Phillip croit dans un processus plus inclusif.

Jason Payne /

PNG

Le Grand Chef Stewart Phillip, président de l’Union of B. C. Indian Chiefs, estime qu’il ya place à la table pour tout le monde.

“Il y a de plus en plus d’effort constructif fait pour être inclusive à l’égard de ces questions,” dit-il. “Il devrait y avoir des possibilités pour toutes les parties concernées.”

De nombreuses B. C. les Premières Nations ont déjà des protocoles d’accords avec les municipalités et les gouvernements régionaux.

“Il énonce un certain nombre de processus et de procédures vis-a-vis de la résolution des litiges, et ceux-ci sont assez utile sur certaines de ces questions,” dit-il.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *