« Touriste en danger » parmi trois Britanniques détenus par les talibans en Afghanistan

Spread the love

‘Touriste en danger’ parmi trois Britanniques retenus prisonniers par les talibans en Afghanistan

Miles Routledge, à gauche et en médaillon, et Kevin Cornwell, à droite, ont été capturés en janvier (Photo : PA)

Trois Britanniques, dont un « touriste dangereux » bien connu, sont détenus par les talibans en Afghanistan.

Miles Routledge, 23 ans, a subi un contrecoup en 2021 après s'être vanté d'avoir continué vacances à la campagne « parce que c'était dangereux ».

L'étudiant avait accepté qu'il puisse y mourir.

Miles a ensuite été évacué par l'armée britannique, mais a depuis fait un voyage de retour en Afghanistan.

‘Danger touriste

Miles Routledge a été évacué d'Afghanistan en 2021 mais est revenu depuis (Photo: PA)

L'influenceur se rend « dans les endroits les plus dangereux de la planète pour s'amuser » (Photo : Twitter/PA)

Selon à MailOnline, Miles est détenu par la police secrète talibane aux côtés du travailleur humanitaire Kevin Cornwell et d'un ressortissant britannique anonyme qui dirige un hôtel à Kaboul.

Le groupe aurait été pris au piège depuis janvier.

M. Cornwell, qui travaillait comme médecin pour Iqarus International, aurait été arrêté et accusé d'avoir une arme à feu illégale dans son hôtel salle.

L'endroit exact où se tient le groupe n'est pas clair pour le moment.

Kevin Cornwell, 53 ans, un médecin britannique pour l'association caritative Iqarus, serait également détenu (Photo : PA)

Le Royaume-Uni n'a ni ambassade ni consulat en Afghanistan après la prise de contrôle des talibans.

Un porte-parole du Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) a déclaré à Sky News : « Nous travaillons dur pour sécuriser contact consulaire avec les ressortissants britanniques détenus en Afghanistan et nous soutenons les familles.'

Miles, qui s'appelle @real_lord_miles sur Twitter, a déjà déclaré qu'il se rendait « dans les endroits les plus dangereux de la planète pour s'amuser ».

Il a documenté son évacuation de Afghanistan dans une série de publications, photos et vidéos en 2021.

Un combattant taliban monte la garde alors que les fidèles assistent à la prière du vendredi pendant le mois de jeûne musulman du Ramadan, à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 31 mars ( Photo : AP)

‘Touriste en danger’ parmi trois Britanniques retenus prisonniers par les talibans en Afghanistan

Miles photographié en Afghanistan lors de sa précédente visite (Photo : Twitter)

Il a écrit : « J'ai été évacué à 4 heures (il est 2 heures du matin maintenant) avec une centaine d'autres civils, je n'ai pas pu envoyer de message car des voitures émettaient des signaux cela déclencherait des bombes, cela empêchait mes airpods de se connecter, donc je pense que cela bloquait tout le wifi/les données.

'Les talibans nous ont laissé traverser l'aéroport et nous en avons rencontré beaucoup, très longue période de transition mais tout le monde souriait et se saluait, certains ont pris des selfies avec eux.'

Il a ajouté: « Pendant le vol de départ, nous n'avons pas le droit de boire du tout, pas de rasoirs et un seul sac jusqu'à 10 kg, donc tout le monde jette tous ses effets personnels dans une pile, les gens se donnent mutuellement leurs objets parce qu'ils ne peuvent pas portez-les.

« Certains gars ont bourré mon gilet pare-balles et mon sac de barres protéinées, plus de 20 d'entre eux. Homme très heureux rn (en ce moment). Merci les gars.’

Plus tôt dans la journée, il a été révélé qu'une station de radio dirigée par des femmes dans le nord-est de l'Afghanistan a été fermée pour avoir diffusé de la musique pendant le mois sacré du Ramadan, a déclaré un responsable taliban.

Sadai Banowan, qui signifie « voix des femmes » en dari, est la seule station dirigée par des femmes en Afghanistan et a débuté il y a 10 ans. Elle compte huit employés, dont six femmes.

Moezuddin Ahmadi, le directeur de l'information et de la culture de la province de Badakhshan, a déclaré que la station avait violé les « lois et règlements de l'émirat islamique » à plusieurs reprises. en diffusant des chansons et de la musique pendant le Ramadan et a été fermée en raison de la violation.

La chef de la station, Najia Sorosh, a nié toute violation, affirmant que la fermeture n'était pas nécessaire et l'a qualifiée de complot. Les talibans nous ont dit que vous aviez diffusé de la musique. Nous n'avons diffusé aucun type de musique », a-t-elle déclaré.

Les talibans ont interdit aux femmes la plupart des formes d'emploi et d'éducation au-delà de la sixième année, y compris l'université.

Contactez notre équipe de presse en nous envoyant un e-mail à webnews@metro.co.uk.

Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *