Tueur d’arbres infestation de mites dans la région de Cariboo est plus au nord jamais enregistré dans B. C.

Tree-killing moth infestation in the Cariboo is farthest north ever recorded in B.C.

Une touffe papillon de la chenille

jpg

Une infestation de houppes papillon a été trouvé dans les arbres dans l’ouest de la région de Cariboo, juste au sud de la communauté d’Alkali Lake.

Une infestation par les insectes qui a la capacité de rapidement tuer santé des sapins Douglas est le B. C. et le Ministère des Forêts, dit qu’il a maintenant été trouvé que plus au nord que jamais.

Une déclaration du ministère dit de l’infestation des houppes papillon a été trouvé dans les arbres dans l’ouest de la région de Cariboo, juste au sud de la communauté d’Alkali Lake.

Le ravageur, qui au cours d’une grave infestation peut tuer un grand sapin de Douglas en seulement un à deux ans, est généralement trouvés dans plusieurs parties du sud de la province, comme de Kamloops et de la vallée de l’Okanagan.

Houppes papillon chenilles se nourrissent des aiguilles du sapin de Douglas, le décapage des membres, qui apparaissent brûlée comme ils meurent, et les arbres affaiblis par la teigne sont plus sensibles à la beetle attaques.

Les poils sur les chenilles de la teigne peut aussi poser un risque pour la santé humaine parce que le ministère précise les poils peuvent provoquer des réactions allergiques chez environ 20% des personnes, la production des éruptions cutanées, les yeux larmoyants et des éternuements.

Dans un effort pour ralentir la propagation de la teigne, le ministère dit le bois de chauffage ne doit pas être pris à partir de la Wycotte Plat de la zone sud de l’Alkali Lake.

“Les branches d’arbre sont en particulier infectieuses, car ils peuvent contenir des oeufs, de la” le ministère affirme la déclaration.

Les chenilles, qui peut être reconnu par deux longues noir touffes de chaque côté de leur tête et l’autre à l’arrière, trappe à la fin du printemps et se développer en papillons de nuit, de fin juillet à début septembre.

Les femelles pondent environ 200 œufs, qui éclosent au printemps suivant et le ministère précise les épidémies durent généralement de deux à quatre ans.

Les fonctionnaires du ministère sont l’évaluation de la zone touchée et l’énoncé dit un plan de traitement commence lorsque les chenilles re-sortir au printemps prochain.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *