Wet’suwet’en, accepter de traiter avec le gouvernement sur les droits et le titre

Les partisans de l’autochtones wet’suwet’en, de la Nation chefs héréditaires de bloquer l’entrée du Port de Vancouver, sur Févr. 24.

JENNIFER GAUTHIER / REUTERS

Au centre de la dispute est wet’suwet’en opposition à la construction de la Coastal GasLink pipeline à travers leur territoire, qui déclencha des manifestations et des barrages qui ont entraîné la fermeture de grandes parties de l’économie nationale en février.

SMITHERS — chefs Héréditaires qui s’opposent à un pipeline de gaz naturel dans le nord de la colombie-Britannique disent qu’ils vont signer un accord avec le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux qui affirme leur titre et les droits.

Au centre de la dispute est wet’suwet’en opposition à la construction de la Coastal GasLink pipeline à travers leur territoire, qui déclencha des manifestations et des barrages qui ont entraîné la fermeture de grandes parties de l’économie nationale en février.

Une déclaration conjointe des gouvernements et des wet’suwet’en, chefs publié jeudi dit qu’ils restent attachés à mettre en œuvre les droits et le titre de la Première Nation dans le mémorandum d’accord.

Pas de détails sur le protocole, qui a été accepté en février, ont été libérés.

La déclaration dit qu’il y a beaucoup de travail à accomplir dans le processus de négociation, y compris la façon dont les trois gouvernements travailleront ensemble.

Les wet’suwet’en, ont invité B. C. Autochtones du ministre des relations, Scott Fraser, et Carolyn Bennett, le ministre fédéral de la Couronne et les Autochtones des relations, à signer l’accord sur 14 Mai.

“Nous nous réjouissons à l’avancement de ce travail important à mettre en œuvre des wet’suwet’en, les droits et le titre de l’égalité des trois gouvernements”, nous dit la déclaration.

“Tant que les négociations se déroulent sur l’affirmation et la mise en œuvre des wet’suwet’en, les droits et le titre, nous allons aller de l’avant avec la transparence et l’ouverture, et sera en outre s’engager avec les wet’suwet’en, groupes de maisons, les nations, les gouvernements, les intervenants et le public.”

Bien que les détails n’ont pas été rendues publiques, le mémorandum a été encadrée de répondre plus large sur les revendications territoriales plutôt qu’un accord sur le gazoduc. Il a été conclu après des jours de discussions à Smithers et les travaux sur le pipeline repris après il a été annoncé.

Les manifestants, au nom de wet’suwet’en blocus de la nation bloc Commercial et de Broadway, à Vancouver, en colombie-britannique, le 19 février 2020.

Arlen Redekop /

PNG

Manifestations dans tout le pays perturbé passagers et le service de trains de marchandises de plus de trois semaines.

Coastal GasLink est la construction d’une 670 kilomètres de pipeline du nord-est de B. C. de GNL au Canada à l’exportation du terminal de Kitimat, mais le héréditaires de la maison des chefs des wet’suwet’en, dire qu’il n’a pas d’autorité sans leur consentement.

Les wet’suwet’en, sont régies par une tradition chef héréditaire du système et les élus des conseils de bande. Une majorité de ses conseils ont approuvé le pipeline, mais quelques-uns des wet’suwet’en, de chefs héréditaires s’opposer à courir au travers de leur territoire traditionnel.

Le litige concerne aussi d’autres terres non habitées droits et les titres de questions, y compris de qui a le droit de négocier avec les gouvernements et les entreprises, du fait que la terre n’est pas couvert par un traité et reste unceded, 1997, affaire qui a reconnu les chefs héréditaires’ autorité et le droit exclusif de les wet’suwet’en, les peuples de la terre, mais ne précise pas les limites.

Le pipeline de la première génération à l’échelle nationale manifestations en janvier 2019, lorsque la GRC a exécuté un injonction obtenue par l’entreprise pour lever les obstacles distance sur une route forestière dans le nord de la B. C.

Grandes manifestations ont eu lieu partout dans le pays ce mois de février après la GRC a mis en place une deuxième injonction.

Share Button
Previous Article
Next Article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *